Qu’est ce qu’un psychomotricien

Un psychomotricien exerce auprès des enfants, des adultes et des personnes âgées qui présentent des maladresses, des difficultés motrices ou graphiques, qui ont des difficultés pour se repérer dans l’espace ou le temps, ou encore qui sont en difficulté pour investir leur corps.

Il peut exercer dans différents lieux:

  • dans les hôpitaux ou cliniques : services de néonatalogie, pédiatrie, pédopsychiatrie, psychiatrie adulte, neurologie, gériatrie, réanimation et rééducation, …
  • dans les centres de consultations spécialisées : PMI, CAMPS, CMPP, Dispensaires, …
  • dans les établissements spécialisés où sont accueillies des personnes présentant des handicaps moteurs et/ou neurologiques, intellectuels, des déficits sensoriels : IME, IMP, IMPro, CAT, MAS Maison d’Accueil Spécialisé,
  • dans les services d’aide et de soins à domicile : SESSAD, SESSD,
  • dans les foyers de vie et les maisons de retraite,
  • en cabinet libéral.

Le métier de psychomotricien est défini par le décret de compétence qui suit :

Décret du champ de compétence Décret n° 88-659 du 6 mai 1988 relatif à l’accomplissement de certains actes en rééducation psychomotrices

Le Premier Ministre, Sur le rapport du Ministre des Affaires Sociales et de l’Emploi, Vu le code de la Santé Publique, notamment l’article L. 372, Vu le décret n° 74-112 du 15 février 1974, modifié notamment par le décret n° 85-188 du 7 février 1985 portant création du diplôme d’État de psychomotricien, Vu l’avis de l’Académie nationale de médecine, Le Conseil d’État (section sociale) entendu, Décrète

Article 1. Les personnes remplissant les conditions définies aux articles 2 et 3 ci-après sont habilitées à accomplir, sur prescription médicale et après examen neuropsychologique du patient par le médecin, les actes professionnels suivants

1. Bilan psychomoteur.

2. Éducation précoce et stimulations psychomotrices.

3. Rééducation des troubles du développement psychomoteur ou des désordres psychomoteurs suivants au moyen de techniques de relaxation dynamique, d’éducation gestuelle, d’expression corporelle ou plastique et par des activités rythmiques, de jeu, d’équilibration et de coordination

– retards du développement psychomoteur,

– troubles de la maturation et de la régulation tonique,

– troubles du schéma corporel,

– troubles de la latéralité,

– troubles de l’organisation spatio-temporelle,

– dysharmonies psychomotrices,

– troubles tonico-émotionnels,

– maladresses motrices et gestuelles, dyspraxies,

– débilité motrice, – inhibition psychomotrice,

– instabilité psychomotrice,

– troubles de la graphomotricité à l’exclusion de la rééducation du langage écrit.

4. Contribution, par des techniques d’approche corporelle, au traitement des déficiences intellectuelles, des troubles caractériels ou de la personnalité, des troubles des régulations émotionnelles et relationnelles et des troubles de la représentation du corps d’origine psychique ou physique.

Article 2. Peuvent accomplir les actes professionnels énumérés à l’article ler les personnes titulaires du diplôme d’État de psychomotricien.

Article 3. Peuvent également accomplir les actes professionnels énumérés à l’article ler les salariés ayant exercé, à titre principal et dans les conditions fixées à l’article ler, l’activité de psychomotricien pendant au moins trois ans au cours des dix années précédant la date de publication du présent décret et qui auront satisfait, dans les trois ans suivant cette date, à des épreuves de vérification des connaissances. Les modalités d’organisation, la nature du contenu de ces épreuves ainsi que la composition du jury sont définies par arrêté du ministre chargé de la santé pris après avis du Conseil supérieur des professions paramédicales.

Article 4. Le ministre des affaires sociales et de l’emploi et le ministre délégué auprès du ministre des affaires sociales et de l’emploi, chargé de la santé et de la famille, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret qui sera publié au Journal Officiel de la République Française.

Le prendre soin: la raison d’être de la psychomotricité

Gérard HERMANT

Délégué Général de la Fédération Française des Psychomotriciens, Membre du Haut Conseil des Professions Paramédicales et Membre du Comité Inter Académique

Le prendre soin: la raison d’être de la psychomotricité

Publication: 15/03/2013 05:00

En savoir plus

Ehpad , Gériatrie , Motricité , Pathologies , Prendre Soin , Psychomotricien , Psychomotricité , Rééducation , Santé , Semaine Du Cerveau , France C’est La Vie News

SEMAINE DU CERVEAU – A l’heure où les dépenses de santé doivent être maîtrisées, développer des approches non médicamenteuses devient une nécessité. Encore trop méconnu, le métier de psychomotricien, à mi-chemin entre la rééducation fonctionnelle et la psychologie répond à ce besoin. On en a bien conscience sur le terrain et en particulier dans les services de gériatrie et on commence à s’arracher ces spécialistes du « prendre soin »!

Les psychomotriciens interviennent non seulement auprès des enfants et des adolescents mais également auprès des personnes âgées. Ils travaillent principalement dans les centres médico-psychopédagogiques (CMPP), les centres de rééducation, des services hospitaliers de psychiatrie, des maisons de retraites médicalisées. Ces professionnels ne dépendent que du bon vouloir et des enveloppes budgétaires de ceux qui les embauchent. Cette profession accessible sous prescription médicale n’est en effet toujours pas prise en charge par la sécurité sociale!

Les solutions pertinentes et non médicamenteuses qu’apporte cette discipline devraient, faire réfléchir et intéresser les pouvoirs publics. D’autant que l’explosion des maladies de civilisation (troubles de l’apprentissage, hyperactivité, stress, obésité, insomnie…) et l’émergence de nouveaux besoins liés aux personnes âgées fragilisées ne font qu’accentuer le besoin criant de leurs compétences.

Où commence « le prendre soin » du psychomotricien?

Par une première rencontre avec la personne en souffrance. Un bilan psychomoteur permet d’établir le profil du patient en considérant la diversité de ses fonctionnements neurologiques, émotionnels, relationnels et cognitifs. Ce professionnel s’intéresse tout d’abord à l’histoire de la vie et de l’affect du patient: comment celui-ci agit-il, regarde-t-il, écoute-t-il? Comment perçoit-il son corps? Comment se situe t-il permettent de définir ce qui ne va pas, mais aussi et surtout, ce qui va bien. Et s’est en s’appuyant sur ce qui fonctionne bien que le psychomotricien aide le patient à travailler sur son trouble.

Pour quels types de patients cette discipline s’avère-t-elle la plus utile?

  • Auprès du jeune enfant bien sûr qui présente des problèmes d’apprentissage et des troubles de l’adaptation pouvant entraver son parcours scolaire et créer des conflits au sein de la famille.

La psychomotricité peut par exemple être indiquée pour permettre à un enfant hyper actif de construire des repères corporels stables l’aidant à calmer son agitation. Le psychomotricien s’appuie sur la relaxation, le jeu, que ce soit par le biais d’activités de création ou d’imagination, ou encore des jeux sensori-moteurs…
La prise en charge de l’enfant inclue les parents et tient compte de l’environnement. Peuvent également être impliqués, les enseignants, le médecin prescripteur, un professeur de sport…

  • Pour l’adolescent et le jeune adulte souffrant de pathologies chroniques ou de troubles de l’alimentation.

De l’asthme infantile au diabète du jeune adulte en passant par les atteintes rhumatologiques, neurologiques, psychiatriques…, une maladie chronique a un retentissement considérable. Elle peut entraîner des difficultés à suivre une scolarité ou une formation. Elle peut être la source d’une perte d’emploi en raison d’une inadaptation au poste de travail, d’une limitation de la pratique du sport et d’autres activités nécessaires à l’équilibre personnel… Le psychomotricien va aider le patient à exprimer ses émotions en lui apprenant à reconnaître son corps et à l’accepter tel qu’il est.

  • Enfin, auprès des personnes âgées fragilisées qui doivent souvent faire face à l’apparition de pathologies chroniques, physiques et psychiques.

La psychomotricité, notamment dans les Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD), a pour objectif d’aider les personnes âgées à maintenir le plus longtemps possible leurs capacités motrices, cognitives et relationnelles, de manière à conserver le maximum d’autonomie pour réaliser les activités du quotidien comme la toilette ou s’alimenter. Le bénéfice de la psychomotricité est particulièrement reconnu chez les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer et pathologies apparentées. Pour ces patients, les techniques corporelles sont très utiles. Il ne s’agit pas de faire à la place de la personne, mais de l’aider à retrouver ses repères.

On le voit là, à travers ces exemples bien concrets, la psychomotricité est une médecine de l’adaptation. Elle constitue une thérapeutique efficace, avérée par des évaluations sérieuses, qui s’appuient sur des connaissances scientifiques. Faire appel à un psychomotricien permet bien souvent d’avoir accès à des techniques de soin et de rééducation qui débouchent vers la résolution de difficultés que l’on pourrait croire a priori insurmontables.

Métier de soins et de relations humaines, la psychomotricité est une discipline médicale riche de sens et de rencontres. Encourageons ces pionniers du « prendre soin ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s